Le Haut-Atlas ou quand il neige au Maroc

En février dernier, nous prenons la route direction l’Atlas, Imlil et Oukaïmeden précisément.
A environ 5h30 de Casablanca, après avoir zigzagué de nuit dans les montagnes, nous posons nos valises à Imlil pour le weekend.

Au programme: se rendre à Oukaïmeden, la principale station de ski du Maroc et la plus haute d’Afrique, pour aller jouer dans la neige; se balader dans les montagnes et admirer les paysages.

Dans les faits, notre excursion à Oukaïmeden fut plus rapide que prévu, du moins nous avons passé plus de temps sur la route que sur place !
Explication: nous avions réservé des chambres à Imlil, petit village situé à seulement 8km d’Oukaïmeden… à vol d’oiseau. Autrement dit, il nous aura fallut près de 2h30 de route avant d’arriver à la station !
Nous qui voulions de la neige, nous sommes servis (et peu être un peu trop…). La température avoisine les zéro degré, le vent est glacial, et après s’être lancé 3-4 boules de neige on ne s’éternise pas et cherchons vite un refuge où nous réchauffer.
Ca sera chez Juju, l’un des seuls (le seul?) restaurant digne de ce nom. Le gros moins : il faut être patient car nous sommes plus d’un à attendre notre tour devant la porte. Le méga plus : ils servent de la TARTIFLETTE au menu ! Bon, c’est un argument de taille, on restera quelques minutes de plus dehors à surveiller qu’on ne nous vole pas notre tour.
Quand même, manger une tartiflette en haut de l’Atlas, ce n’est pas tous les jours !

Dehors la neige tombe toujours. Les télésièges de la stations n’ont pas l’air de fonctionner. Les enfants (et les grands) jouent avec leurs luges. Quelques skieurs en bas des pistes.
La neige et le froid nous piquent le nez; nous décidons après s’être bien rempli le bidou de reprendre la route pour rentrer à notre guest house. On aura eu notre dose de froid et de neige pour l’année sans doute.
Arrivés sur place, notre hôte nous a préparé un bon repas marocain bien chaud, bien lourd (ah, il faut re-manger déjà? c’est à dire qu’on sort d’une tartiflette il y à juste 3h…), mais délicieux: soupe, tajine et thé à la menthe. De quoi passer une bonne nuit ensuite.

Le lendemain matin, nous ouvrons les volets, et la surprise: il a neigé aussi dans la vallée. Les arbres sont blancs, et le soleil point le bout de son nez, ne tardant pas à faire fondre ces quelques flocons. C’est splendide.
Après un bon petit déjeuner il est temps de partir en vadrouille. Nous décidons de faire une balade autour du village d’Imlil.
La vue sur les montagnes et les villages berbères est extra. On se dit que si c’est très joli à cette période, cela doit l’être tout autant en été. Nous croisons pas mal de randonneurs. Il faut savoir qu’Imlil est le point de départ pour l’ascension du Toubkal : le point culminant du Haut Atlas ainsi que du Maroc (et de l’Afrique du Nord) avec 4 167m d’altitude. Mais la saison ne se prête pas tellement à l’ascension pour les débutants que nous sommes.
Toubkal, on reviendra, et on t’aura.

Imlil: une jolie parenthèse dans les montagnes, loin du calme de la ville, au grand air, à la fraiche…

En bonus, une petite vidéo rapide du weekend (et oui, on se lance timidement dans la vidéo, y’a encore du boulot… ; )   ).

 

3 Comments

  1. <b class="fn">charline</b>

    J’aime bien les routes marocaines !!!

    1. <b class="fn">Sophie</b>

      Ce sont les routes de montagne, enfin celle ci c’était celle pour se rendre au gîte. Particulièrement flippante, mais les autres ne sont pas dans cette état heureusement !

  2. <b class="fn">Marc</b>

    Trop classe votre site ! Je me suis délecté à la lecture de vos récits de voyage ! ça donne envie de prendre le large 🙂
    Bises à vous deux !!

Laisser un commentaire