Go go go, direction Goa

Premier long weekend de voyage en dehors de Bangalore, et ça fait du bien !

Dès jeudi l’aventure commence puisque nous quittons notre petit appartement dans le noir, resté sans électricité depuis le début de l’après midi. Pluie et orage obligent, difficile de trouver un rickshaw de dispo pour nous emmener à destination, c’est à dire à la station de bus (départ prévu à 22h). Après une demie heure de galère sous la pluie pour trouver un chauffeur, et pas moins d’une heure pour traverser une partie de la ville à travers les bouchons, nous arrivons enfin à destination: nous pouvons embarquer pour notre bus de nuit, censé nous emmené tout droit vers notre lune de miel, à Palolem.

Dans le bus couchette.
Dans le bus couchette.

C’est à bord d’un bus-couchette que nous allons passer la nuit. Pas au top du confort, mais au moins on peut s’allonger et tenter de dormir. Arrivée supposée à 8h30 le lendemain matin. Sauf que le lendemain à 8h30, Google Map nous indique encore 3h de route. Ce n’est donc qu’après presque 14h de voyage (pour 558km de distance) que nous arrivons à Palolem beach (Je vous passe les détails de l’épisode où le chauffeur du bus ne nous dépose pas à l’endroit prévu et nous largue au bord de la route, devant un « café » paumé pour qu’on se débrouille à trouver un taxi qui nous emmènera là où il était supposé nous déposer, pfiou !).

Il est temps de trouver le Laughing Buddha, où nous sommes censés dormir, Tim ayant pris soin de réserver sur internet. Arrivé aux cottages, l’endroit nous parait plutôt désert, on ne croise personne, la réception est fermée. On se dirige donc vers la plage, à 50m, en espérant trouver quelqu’un pour nous éclairer. Là, quelqu’un qui nous informe que le Laughing Buddha doit être fermé pour la saison (la haute saison touristique ici allant de décembre à fin février, et mi-mai tout est généralement fermé).

WHAT???! Décidément, notre séjour commence plutôt d’une manière inattendue.

Bon, c’est pas grave, on a faim, allons manger, et on verra après ce qu’on peut trouver pour dormir.

Ce qui est chouette à Palolem Beach, c’est qu’on trouve des restos/bar tout le long de la plage, on a que l’embarras du choix, et le tout à des prix plus que raisonnables pour nous.

On a finalement réussi sans trop de difficulté à louer un cottage pour deux nuits au Dream Catcher. A deux pas de la plages.

Notre cottage
Notre cottage

La suite du weekend? Rien de passionnant vous me direz: soleil, plage, baignades, restos, cocktails… Bref, de vraies vacances farniente comme ça fait du bien de temps en temps ! Et oui, on a fait nos paresseux, et c’était très bien comme ça. Moi à jouer dans les vagues avec ma bouée comme une gosse et Tim à savourer sa bière fraiche sur son transat’ …

Du coup on n’a pas grand chose à vous raconter, ni à vous montrer c’est vrai, mais vous ne nous en voudrez pas hein? Pour sûr, la prochaine fois qu’on viendra dans le coin, on sera un peu plus curieux et moins paresseux, mais en attendant, voila quelques photos, histoire de vous donner envie de nous y rejoindre un de ces quatre !

One Comment

  1. <b class="fn">vaylniss</b>

    oh yeah :p c’est ou la plage de teufeur !

Laisser un commentaire