Bin El Ouidane : un weekend au bord du lac

En avant l’aventure !

C’est au volant de notre petite Clio 2 que nous prenons la route direction Bin El Ouidane, pour un weekend entre amis au bord du lac. Bin El Ouidane, littéralement « entre les fleuves », est un grand lac situé au centre de l’Atlas, dont la beauté de l’eau et de la nature mérite grandement qu’on s’y attarde.
A nos côtés, Mathilde & Guillaume, tandis qu’un autre convoi assurera la livraison de Taleb, Amirah & Selma plus tard dans la journée… Pour la Team Clio, arrivée prévue aux alentours de 14h, Inchallah.
Sauf que cette fois ci, Allah en avait décidé autrement…

Je lègue aujourd’hui ma plume à Mathilde, qui nous raconte à sa façon notre weekend à Bin El Ouidane (un peu de fraîcheur et de sang neuf !).

Ça va Bin, merci !

Un peu épuisés du bruit, de la pollution et de la jungle casaouis, on cherchait un endroit totalement calme et reculé pour apprécier le silence et l’ennui entre amis. On a jeté notre dévolu sur le lac de Bin El Ouidane, sous les conseils de plusieurs connaissances. Alors ce weekend ? Ça va Bin, merci.

L’aventure est plus folle encore lorsqu’il y a des anecdotes à raconter dit-on, et bien de ce côté-là nous avons été servis. À peine après avoir entamé la route montagneuse – qui nous séparait encore d’une bonne heure du fameux lac – que notre voiture a décidé de prendre un congé sans solde. Un peu désarmés, on ne l’est pas resté longtemps car les marocains, comme à l’accoutumé, ont le cœur sur la main et l’envie constante d’aider son prochain (inaya). Après quelques minutes seulement, capo ouvert, toutes fumées de moteur dehors, une Mercedes blanche fait demi-tour…devenus professionnels du mime et du « baragouinage darijien », on continue notre périple… tractés par la Merco blanche, avec une corde à peine plus épaisse qu’un cheveu ! (Moi ? Marseillaise ?!)

Après 2h de tractage, 6 arrêts contraints par la cassure du fil, 4 bignes entre la Clio et la Merco, 17 fous-rires et 1 grosse frayeur, on arrive enfin chez le garagiste du petit village le plus proche. Ce fût long – environ 7h à regarder les gens s’affoler autour de la voiture – mais entourés des bonnes personnes, et la surprise d’avoir une météo bien plus clémente qu’il n’était prévu (il y a une justice quand même !!) les fous-rires ont pu continuer.

« TU PRÉFÈRES…tomber en panne au milieu de nulle part avec tes potes pendant un weekend de moins de 48h, ou rester enfermé chez toi tout seul alors qu’il fait un temps magnifique ? ».

Si des questions de ce genre nous ont permis de tenir le coup, c’est surtout l’envie de voir ce magnifique lac (et de manger la raclette en arrivant) qui nous donnait de l’espoir et nous maintenait le moral au beau fixe. 

Plus facile d’accès dorénavant grâce à l’autoroute qui nous permet d’aller jusqu’à Beni Mellal, il faudra néanmoins compter sur une bonne voiture pour déambuler jusqu’au lac, car celui-ci se mérite mes amis !
Mais dieu qu’il est beau…Un lieu majestueux dont on hésite à parler, car à l’instar des cascades d’Ouzoud, d’Arkchour… Bin El Ouidane est un lieu magique, qui a contrario de ces derniers, n’est pas encore totalement dénaturé. Pourtant, on le sent, on fait partie des privilégiés qui auront vu Bin avant qu’il ne devienne une station balnéaire, car des bus de touristes commencent à affluer…

Alors foncez pour y voir ces paysages tout droit venus de Mars ! Des montagnes rouges, une verdure luxuriante, un calme olympien, un climat aussi doux qu’un chinchilla, et j’en passe ! Les mots me manquent à chaque fois, ce n’est pourtant pas ma première fois en ces lieux, mais je reste systématiquement sans voix devant la beauté et le calme de cette nature-là, où l’on va pour écouter le silence et les rires, et en prendre plein les mirettes.

©Milla H.

Et en images ça donne quoi ?

La carte mémoire de notre reflex nous a vilainement planté ce weekend, l’occasion pour nous de s’amuser un peu avec les argentiques. Pour le coup les couleurs ne reflètent pas la beauté des paysages, mais les photos n’en sont pas moins dénuées de charme.

Appareil photo : Minox 35PL / Pellicule : Couleur Lomographie – 100 ISO

Appareil photo : Canon AE-1 / Pellicule : Couleur périmée –  Effet redscale

Appareil : Canon AE-1 / Pellicule : Noir & blanc Lomography – 100 ISO

Et en couleurs ?

Juste pour la beauté des couleurs de la région et pour conclure cet article, voici quelques photos (de plutôt mauvaise qualité), issues de mon petit iPhone 5…

… et d’autres bien plus jolies, by ©Guillaume G.

PS : Retrouvez nos albums argentiques sur Flickr par ici 😉

Laisser un commentaire